Actualités de COVO95

Nos conseils pour gérer la sécheresse oculaire au quotidien

La sécheresse oculaire, cette sensation d’avoir les yeux secs est une maladie chronique qui touche de plus en plus de Français. Nos ophtalmologues font le point sur les causes et donc les solutions pour remédier à cette gêne fréquente.

Les causes de la sécheresse oculaire - COVO 95

L’œil est protégé par le film lacrymal. Celui-ci est complexe et formé de trois couches superposées :

  • Une couche de mucus directement au contact de l’œil
  • Une couche hydrique
  • et en surface une couche lipidique

Comment arrive la sécheresse oculaire ?

L’altération d’une seule de ces couches entraîne un syndrome sec ou sécheresse oculaire. Il s’agit le plus souvent d’une simple gêne et d’un inconfort, sans caractère de gravité.


Comment éviter la sécheresse oculaire ?

Pour y remédier, il faut donc éviter toute situation qui favorise l’évaporation des larmes : l’air climatisé, les ambiances enfumées, le vent, la pollution

Le film lacrymal doit être renouvelé en permanence par le clignement palpébral. Une diminution de la fréquence de clignement peut donc également entraîner une sécheresse oculaire : lors de la fixation prolongée, sur ordinateur par exemple.

Il est donc nécessaire de cligner régulièrement des paupières et pour cela rompre la fixation en regardant au loin quelques instants de façon régulière.

Comment éviter la sécheresse oculaire ? COVO 95


Soigner la sécheresse oculaire - COVO 95

D’autres causes de sécheresse oculaire

  • Un déficit quantitatif lié à l’âge (glande lacrymale atrophique) ou provoqué par certains médicaments (antidépresseurs …)
  • Lors d’une paralysie faciale l’absence de clignement entraîne également un syndrome sec qu’il faut obligatoirement traité pour prévenir des complications oculaires (kératite, ulcère)
  • Certaines maladies des paupières (blépharite) ou cutanées (acné rosacé).


Comment résoudre le problème ?

Si les conseils d’hygiène ne suffissent pas, il est possible d’utiliser des substituts de larmes à instiller une à plusieurs fois par jour : larmes plus ou moins denses, pommades.

En cas de syndrome sec important, on pourra également boucher les voies lacrymales pour garder le peu de larme qui reste le plus longtemps possible au contact de l’œil.

RDV Ophtalmologue à Osny

2018-06-25T14:06:02+00:00 25 juin 2018|Voir plus loin et plus longtemps|